À Blois, La Caverne fait rayonner la culture hip-hop

11 J'aime

Ajouter un commentaire

Association, collectif, structure ressource… Née en 2010 pour faire connaître les valeurs de la culture hip-hop sur le Blaisois, La Caverne est devenue un acteur incontournable de la scène culturelle départementale. Rencontre avec son cofondateur et chargé de développement, Arnaud Moyen.

Loir&Cher Info : Comment est née la Caverne ?
lci90_la_caverne5Arnaud Moyen : Nous étions plusieurs graffeurs et musiciens hip-hop à nous retrouver sur le site de la Franciade. C’était un spot régional connu où de nombreux graffeurs œuvraient clandestinement. Lorsque le bâtiment a été détruit, une expo photo des bâtiments graffés a été organisée à la Maison des provinces. Nulle part nous n’étions cités ni reconnus. Ça nous a posé question. Nous avons eu envie de faire connaître et reconnaître cette culture.
L’autre déclencheur, c’est une émission à laquelle nous avons participé sur Studio Zef. Nous étions venus parler du hip-hop à un jeune public et on s’est pris en pleine figure tous les clichés qu’on véhiculait. Si on est soi-même un cliché sur patte, comment ne pas considérer les autres comme des clichés ? Cette expérience nous a aidés à nous décentrer, à changer de regard sur l’institution. Nous voulions déconstruire ces clichés et faire connaître les vraies valeurs du hip-hop.

L. C. I. : Des valeurs qui sont… ?
A. M. : Peace, Unity, Love, Having fun1. Loin de la frime, de l’argent et des propos machistes, le hip-hop, c’est une culture d’entraide avec une dimension communautaire et de transmission forte. Nous avons découvert le hip-hop avec des auteurs comme Oxmo Puccino, Akhenaton, Kool Shen, Rocé. Il faut écouter l’album Pili Pili sur un croissant au beurre de Gaël Faye, l’auteur de Petit pays.

L. C. I. : Quel était votre projet ?
lci90_la_caverne2A. M. : Nous voulions introduire officiellement la culture urbaine à Blois, alors qu’elle était déjà présente mais sans visibilité. De clandestins, nous voulions coopérer, montrer l’universalité de cette culture, participer au lien social dans une logique d’éducation populaire. Parallèlement, l’association permettait d’être ressource pour des musiciens, des graffeurs qui avaient besoin d’une structure sur laquelle s’appuyer.

L. C. I. : Comment agissez-vous concrètement ?
lci90_la_caverne4A. M. : On intervient dans les écoles, les centres sociaux, les maisons de jeunes, dans les TAP2… On arrive avec une mallette à outils déclinable selon les projets autour d’ateliers d’écriture, de musique, de danse. Fin mars, nous animerons un atelier dans une classe de 5e au collège de Salbris autour de la contestation, des droits civiques, de la musique noire américaine, qui aboutira à un spectacle. Suite à la peinture de la fresque sur le mur du Chato’do à Blois, dans le cadre de Rêves urbains, nous avons eu beaucoup de demandes d’ateliers de ce type : à la médiathèque de Contres, au collège Rabelais de Blois, à Molineuf. Les demandes sont exponentielles et nous nous adaptons à chaque fois.

L. C. I. : Avez-vous réussi à faire votre place sur la scène culturelle locale ?
A. M. : Oui, et le fait que Figures libres (association organisatrice des Rockomotives, NDLR) nous contacte pour participer à l’organisation de Rêves urbains a été une vraie reconnaissance. Nous aimerions pouvoir embaucher des salariés pour réaliser toutes ces actions qui sont aujourd’hui assurées par des bénévoles. Il y a encore des tas d’actions transversales à créer, comme celle que nous avons menée avec le Planning familial pour ses 60 ans en juillet 2016.

L. C. I. : Au fait, pourquoi La Caverne ?
lci90_la_caverne3A. M. : Pour le côté tribu qui nous donne parfois l’impression d’être en décalage par rapport à la société et au hip-hop actuel. Pour le côté underground qui peut constituer un abri. Et en référence au mythe de Platon, bien sûr. C’est rassurant de camper sur ses certitudes, mais si on n’en ressort pas, on peut vite se planter…
Propos recueillis par Alice Enaudeau

Info +
Association La Caverne
7, rue d’Auvergne à Blois
Tél. 06 09 37 02 95
www.assolacaverne.fr/
facebook.com/AssoLaCaverne

© Nicolas Derré

1 Paix, Unité, Amour, Prendre plaisir.
2 Temps d’activités périscolaires.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *