À Vendôme, le restaurant « La Cappadoce » prépare une cuisine ensoleillée

7 J'aime

20En face du Marché couvert de Vendôme, où se tient notamment le marché du vendredi, on trouve une cuisine méditerranéenne familiale au restaurant « La Cappadoce ». Rencontre sur place avec Gülsen, créatrice du lieu.

D’origine turque (du côté d’Ankara), Gülsen est arrivée à Vendôme à l’âge de 12 ans. « Je suis l’aînée de sept enfants, j’ai dû surveiller ma famille et je n’ai pas pu faire ce que je souhaitais. J’ai appris la couture et j’ai travaillé quelques années dans la confection, en usine et en magasin de prêt-à-porter. Puis j’ai eu un problème de santé et j’ai dû être opérée. Je suis restée un peu à la maison, mon mari avait une entreprise de maçonnerie. Mais il fallait que je fasse quelque chose… Ma sœur s’est mariée et j’ai préparé son repas de mariage. Ma cuisine a beaucoup plu ! J’ai toujours aimé cuisiner, j’ai appris avec ma maman, ça me plaît. »

Les débuts du restaurant

« J’ai fait un essai ici, directement et j’ai ouvert mon restaurant au printemps 2012. Au départ, je voulais qu’il y ait peu de monde et que les gens soient contents. Ma famille m’a soutenue dès le départ : les banques n’ont pas voulu me prêter d’argent, mes sœurs l’ont fait, on a trouvé un équilibre. J’ai suivi une formation de trois mois à l’Ismer de Vendôme (Institut supérieur de management et d’entrepreneuriat). Au début, je ne savais pas si mon restaurant allait durer plus de deux ans ! »

Raviole de bœuf aux oignons, sauce yaourt paprika-menthe.

Une cuisine du soleil

« Je fais une cuisine méditerranéenne avec des mezzés grecs, libanais, turcs. J’ai toujours défendu ça. On trouve des baklavas (dessert à base de noisette, noix, pistache, miel et pâte à filo, NDLR), en Grèce, Turquie, au Liban, en Arménie, en Bulgarie, etc. On fait partie du monde, je suis pour l’humanité en général ! » Côté salé, la moussaka (gratin d’aubergines et viande hachée), très légère, côtoie les galettes fourrées (« gözleme ») aux épinards et feta, au persil et feta, pommes de terre-oignons… et les mezzés, aussi typiques du sud de la Turquie. Exemples : « ezme », écrasée de tomates et poivrons relevée aux épices, « humus », écrasée de pois chiches, « sarma », feuilles de vigne maison, farcies à la blette, etc. Les « köfte », boulettes de viande, salade et boulghour, font aussi partie des valeurs sûres de la maison… De même, les enfants adorent aussi la pizza turque ou « lahmacun. » « Je cuisine comme à la maison. Je fais aussi traiteur pour des repas de famille, des anniversaires. »

Un regret ?

« Oui, je regrette de ne pas avoir ouvert mon restaurant avant ! »

Une clientèle variée

« J’ai une clientèle très variée : familiale, mais aussi féminine, à 60 %, souvent des copines ou collègues viennent déjeuner ou dîner. Je cuisine beaucoup de légumes, ça plaît… »

Des épices venues de loin…

« Tous les six mois, je vais chercher mes épices chez un commerçant du Grand bazar d’Istanbul. J’utilise beaucoup de paprika, de cumin et une variété très parfumée de thym, le thym des montagnes ; celui-ci, c’est une dame qui me le ramasse… C’est grâce à cette épice que ma cuisine a ce goût-là. Même le basilic, en Turquie, a un goût différent…

Info +
9, place du Marché – 41100 Vendôme
Tél. 09 82 23 86 35

Share