Amipi : Un lieu d’apprentissage

12 J'aime

Ajouter un commentaire

Le postulat de départ est scientifique : toutes les personnes qui présentent des troubles cognitifs peuvent progresser si elles sont placées dans des conditions d’apprentissage et d’encadrement appropriées. La Fondation Amipi-Bernard Vendre crée ces conditions pour favoriser leur insertion professionnelle dans une entreprise ordinaire. Décryptage.

La détermination d’un père

amipi2Dans les années 1960, Maurice Vendre est papa de Bernard, un enfant trisomique. Préoccupé par le développement de son fils, il entreprend, avec une équipe de chercheurs et le soutien du professeur Robert Debré, des travaux qui jettent les bases de la neuroplasticité : le cerveau permet, par la répétition des apprentissages, de développer de nouvelles connexions neuronales. Maurice Vendre et son épouse créent alors une association pour mettre en application ces découvertes. Depuis 2005, la Fondation Amipi-Bernard Vendre est reconnue d’utilité publique par l’État.

Sept unités de production

Dans les sept unités de production de la Fondation (Angers, Blois, Cholet, Le Mans, Tours et deux à Nantes), les opérateurs fabriquent des faisceaux électriques pour l’industrie automobile. Cette activité n’a pas été choisie par hasard. La complexité des faisceaux permet une décomposition des tâches en sous-ensembles adaptés aux capacités de chaque opérateur. « Nous sommes une unité de production avec les mêmes exigences que n’importe quelle entreprise », souligne Philippe Dussauzet, directeur de l’entité blésoise.

Un parcours en trois étapes

amipi3L’accueil : dès l’embauche, trois capacités de l’opérateur sont testées pour définir le poste le mieux adapté à ses compétences : l’organisation de l’espace, la mémoire visuelle et la coordination.
L’apprentissage : au fil du temps, l’opérateur progresse et peut accéder à des métiers de plus en plus complexes : magasiniers, contrôleurs… Son travail est évalué régulièrement.
L’insertion : l’opérateur acquiert un savoir-faire industriel, un savoir-être et développe son autonomie et son adaptabilité, des capacités qui lui permettent d’être apte à s’insérer dans une entreprise ordinaire.

« 1, 2, 3 insertion »

Dans l’objectif d’une insertion en entreprise, les opérateurs commencent le plus souvent par des stages. Ensuite, ils peuvent être mis à la disposition d’une entreprise par le biais d’une convention entre la Fondation et cette entreprise. Enfin, la signature d’un CDI achève cette progression en trois étapes qui porte le nom de « 1, 2, 3 insertion ». Tout au long de ce parcours, ils sont accompagnés par la Fondation.

Le coût de l’exclusion

Depuis 2008, la Fondation a permis l’insertion de 65 personnes dans le milieu ordinaire qui ont ainsi conquis leur autonomie sociale. Elle estime à plus de 15 millions d’euros l’économie réalisée par l’État.

Les problématiques

amipi4Au quotidien, pour assurer son fonctionnement, la Fondation travaille à la fois :
– sur la pérennité de l’activité économique dans le secteur de l’automobile ;
– sur le développement de partenariats avec le secteur public et les entreprises privées pour permettre des départs et des embauches à un rythme soutenu.

Témoignages

Karine a 38 ans. Elle travaille depuis quinze ans ans dans l’unité de production de Blois. En 2011, elle fait un stage à l’accueil, chez Humanis, un groupe de protection sociale, puis un autre, en 2014, au centre de formation A Lire. « Ces deux expériences ont confirmé mon envie de m’orienter vers ce métier d’accueil. J’aime le contact. Si A Lire m’avait proposé une embauche, j’aurais dit “oui” tout de suite. Trouver un emploi, c’est difficile pour tout le monde en ce moment. »

David a 50 ans. « Je travaille ici depuis 1984. Mon premier stage date de 2012. J’étais préparateur de commandes dans l’industrie pharmaceutique à La Chaussée-Saint-Victor. En un mois, j’ai eu le temps de me sentir à l’aise. Le poste était intéressant. J’aimerais bien trouver un emploi comme ça. »

Info +
4, rue de l’Érigny à Blois
Tél. 02 54 78 83 90
www.fondation-amipi-bernard-vendre.org

+ photos (crédit : N. Derré)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *