Avec Le Secret de l’archange, Antoine Besson et Claude Defresne réinventent le roman-photo.

10 J'aime

Ajouter un commentaire

Rencontre cet été à Blois avec Antoine Besson et Claude Defresne, les « parents » du deuxième roman-photo intitulé Le Secret de l’archange (après Le Secret des 3 clés paru fin 2013). Échanges autour de cette expérience peu commune qui les a emmenés de Chambord au fort Boyard, en Charente-Maritime !

La rencontre

En 2007, Claude Defresne, correspondant à Vendôme pour La Nouvelle République, effectue un reportage au lycée Ronsard de Vendôme. Il souhaite recueillir le témoignage d’un lycéen : ça sera Antoine Besson. « On a tout de suite sympathisé, dit Claude. J’ai vu qu’il avait faim et qu’il était ambitieux, on s’est revu très vite. »

Le parcours d’Antoine, 25 ans…

archange_besson« J’ai passé mon bac au lycée Ronsard, option cinéma, mais je n’étais pas trop scolaire. Pour pouvoir réaliser (un film, NDLR), il faut toucher à tout. J’ai participé à plusieurs tournages comme script, monteur, cadreur… Au départ, on a imaginé Le Secret des 3 clés (tome I) sous forme de film. Le budget moyen se situait entre 7 et 10 millions d’euros… Il faut trouver un diffuseur, c’est compliqué jusqu’au jour de la sortie du film. »

 

 

… et celui de Claude, 56 ans

« Je fais de la photo depuis plusieurs années, après avoir été kiné, enseignant et bottier ! Je travaille comme pro de l’image depuis quinze ans. Souvent, je me lasse quand j’ai découvert les choses ; là, l’univers de la photo est vaste ! C’est très enrichissant comme métier. »

L’idée du roman-photo

« C’est en parlant tous les deux qu’on a eu cette idée. On est un peu les précurseurs du roman-photo moderne. On a touché un genre nouveau. L’héroïne, Pauline Héra, peut devenir un Tintin au féminin. On souhaite que le lecteur soit en haleine… Avec ces deux tomes, on est à la marge de tout : littérature, histoire, cinéma, bande dessinée, photo… C’est un mélange. »

L’inspiration

« J’ai toujours aimé l’univers du surnaturel, ce côté fantastique, aventurier. Quand j’ai vu Le Seigneur des anneaux, j’ai eu envie de faire du cinéma, pour pouvoir truquer des images. Je me suis donc intéressé à l’univers de la magie, raconte Antoine. Ce que je préfère, c’est vraiment l’écriture, je suis dans mon monde, je n’ai pas de limite. Ça me permet de voyager, de faire évoluer les personnages. L’univers des deux tomes évoque plus Dan Brown, avec un personnage principal. On lève le voile sur une partie historique, on part sur un sujet énigmatique puis on extrapole. La partie tournage, en revanche, est éreintante, je la redoute… Il y a tellement de choses à gérer, des imprévus surviennent. C’est tout le temps stressant, à l’opposé de la partie écriture où je me laisse vivre ! Sur le tournage, Claude prend les photos (5 ou 6 par pose) et je l’assiste. »

L’avis de Claude

archange_defresne« Le sujet me plaît, c’est un projet dur à mener. Ce que j’aime, c’est papillonner. Ces acteurs sur le plateau, ça fait une salade de vie, ça crée une unité. Ce mélange des genres me plaît beaucoup. »

 

 

 

 

 

Des générations les séparent

« J’ai trois enfants, dont un fils qui a le même âge qu’Antoine. À la maison, on est entourés de jeunes, on les aime, on est à leur service », dit Claude.

Une alchimie naturelle

« On a une bonne étoile, les choses se font bien, raconte le duo. La force de nos albums, c’est qu’il n’y a pas d’expérience similaire, ça n’existe pas. »

Le tournage

Il s’est tenu en deux temps, en mai et en juillet. Il a emmené l’équipe de Chambord, en Loir-et-Cher, au fort Boyard, en Charente-Maritime. « Sur le plateau, on est une équipe de 15 à 20 personnes : coiffeur, maquilleur, photographe de plateau, vidéo, etc. On a neuf comédiens au total, qui n’ont pas l’habitude du tout de vivre ce genre de tournage (le casting comprend notamment Justine Thibaudat et Marwan Berreni, de Plus belle la vie, Annie Chaplin… et même le dessinateur de BD vendômois Fabrice Angleraud). Au départ, on pensait qu’il y aurait une réticence de leur part, mais le projet les a emballés. Ça nous a enthousiasmés ! C’est un exercice nouveau pour eux : pour qu’on ait une image correcte, ils doivent être dans le surjeu. »

Ça s’adresse à qui ?

« À tout public. Pour le tome I, nous avons eu des lecteurs de 10 à 17 ans et d’autres de 80 à 85 ans ! Les plus jeunes ont envie de connaître le secret, les plus anciens le côté historique. »
À savoir : une version interactive de ce tome est prévue. Les personnes disposant d’un Smartphone bénéficieront d’infos en plus – d’ordre général ou historique –  en flashant certaines pages.

Une suite ?

« Oui, le tome 3 est déjà dans nos têtes. Et les comédiens sont partants ! »

L’actualité

Sortie officielle du Secret de l’archange (tome II) : vendredi 21 novembre 2014.
La Dream Team (Antoine et Claude) présente cet ouvrage lors de la 31e édition du festival BD boum, prévue du 21 novembre au 23 novembre à Blois. À noter : dimanche 23 novembre, l’équipe – comprenant certains comédiens – viendra rencontrer le public à l’auditorium de la bibliothèque Abbé-Grégoire (située à côté de la Halle aux grains). À 15 h et à 16 h, un reportage sur les coulisses du Secret de l’archange doit être projeté.

Retrouvez toutes les infos en ligne sur www.lescretdelarchange.com

© L. Alvarez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *