Bouger autrement

1 J'aime

2 commentaires

Le bonheur est dans la danse

Des ateliers de danse contemporaine pour seniors et 50-60 ans, c’est ce que propose l’association La Mécanique du bonheur depuis huit ans à Blois, mais pas seulement…

Simon Choplain

L’association compte une quarantaine d’adhérents qui participent à des ateliers mensuels animés par deux danseurs professionnels, Simon Choplain et Françoise Durand-Marnier, à la Maison de Bégon, à Blois. Certains prennent aussi part à l’atelier de préparation d’un spectacle qui aura lieu à la Halle aux grains de Blois (jeudi 17 mai à 19 h) et aussi à Besançon (26 et 27 mai) et au Centre

Françoise Marnier_Durand

chorégraphique national de Tours (CCNT), dans le cadre du festival Tous d’horizon (12 et 13 juin). Un projet mené par Raphaël Cottin, danseur de Thomas Lebrun (directeur du CCNT), qui rentre dans le cadre du dispositif « danse en amateur et répertoire », piloté par le Centre national de la danse. Il s’agit de reprendre une pièce connue de danse contemporaine par des amateurs. « Je leur transmets la fin de La Jeune Fille et la mort de Thomas Lebrun, qui a été créée au Théâtre national de Chaillot et qui avait la particularité d’avoir une danseuse senior », explique Raphaël Cottin.

Une chorégraphie exigeante

Raphaël Cottin

Ce morceau de la chorégraphie est une marche ornementée. « Je l’ai adapté tout en restant exigeant à leur niveau », souligne-t-il. Pendant l’échauffement, balle de jonglage à la main, les douze danseurs amateurs travaillent sur l’équilibre. Puis, sur une musique bretonne, ils marchent en rythme tout en lançant la balle en l’air. Ils apprennent à bouger ensemble, à mettre les accents aux bons moments. « Le groupe a ses propres bagages, chacun a sa personnalité ; avec l’âge, ils ont perdu et gagné certaines choses, donc je dois remettre en question la manière dont je transmets la chorégraphie et la vulgariser », précise Raphaël Cottin. Deux groupes de création vont aussi être organisés avec des demandeurs d’asile du centre d’accueil de Blois : cela donnera lieu à deux pièces courtes, présentées au public au Théâtre Nicolas-Peskine le mercredi 25 avril. En 2019, ce travail se déroulera sur toute l’année et aboutira à un spectacle d’une heure. La Mécanique du bonheur propose aussi des conférences autour de la danse. La prochaine, intitulée « La danse contemporaine en questions », sera donnée par Thomas Lebrun à l’auditorium de la médiathèque Maurice-Genevoix, à Blois (vendredi 20 avril à 18 h 30).
Chloé Cartier-Santino

Info +
Tél. 02 54 20 04 78
www.lamecaniquedubonheur.fr

photo © C. Cartier-Santino

2 commentaires

  1. Merci pour cet article très intéressant et complet. Juste quelques petites précisions : Dans la chorégraphie originale La Jeune fille et la mort, il n’y a pas une, mais quatre danseuses senior, et la conférence du 20 avril ne sera pas donnée par Thomas Lebrun, mais sera centrée sur son travail de chorégraphe et animée par moi-même.
    Bien cordialement
    Suzanne Guichard

    Guichard Suzanne

  2. Correction de ma correction : il n’y avait pas quatre, mais trois danseuses seniors dans la distribution originale de la pièce La Jeune fille et la mort. La quatrième danseuse était la jeune fille.
    Je vous prie de m’excuser pour cette erreur.
    Bien à vous
    Suzanne Guichard

    Guichard Suzanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.