Diplôme à la clé

24 J'aime

Ajouter un commentaire

Mardi 8 octobre, dans un appartement à Blois, sept jeunes femmes sont réunies autour de la table. Elles constituent la première promotion d’une formation en alternance, organisée par le Centre de formation des apprentis (CFA) de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Loir-et-Cher, qui  prépare au titre professionnel d’assistant de vie aux familles. Toutes sont déjà salariées dans des structures de service à la personne et exercent leur métier auprès de personnes âgées ou handicapées. L’ambiance est sympathique, les échanges nourris. Chacune a des expériences à faire partager.

Un métier, un diplôme

Laetitia, 33 ans, travaille dans ce secteur d’activité depuis 2009. « C’est important pour moi de valider mon expérience professionnelle par un diplôme. Et puis, on acquiert des connaissances pour corriger des erreurs… » Émilie, 33 ans elle aussi, vient de Romorantin-Lanthenay. Elle exerce ce métier depuis l’âge de 18 ans. « J’ai ressenti ce besoin d’être utile. C’est une profession dans laquelle on ne se lance pas par hasard, c’est comme une vocation. »

Théorie et pratique

formation_cfa_cuisinePendant un an, à raison de deux jours par semaine, ces sept femmes vont acquérir des savoir-faire et des savoir-être grâce à des cours théoriques et des travaux pratiques. «Les enseignements se déroulent dans un appartement pour recréer des conditions identiques à une situation de travail », explique Marie-José Couturier, responsable de développement au CFA. C’est elle qui a mis en place cette formation en contrat de professionnalisation : « Beaucoup de candidats sont intéressés, mais il faut que leur employeur soit d’accord. Pour lui, cela représente un coût. » Marie-José insiste sur les avantages d’avoir du personnel bien formé : « Dans un contexte concurrentiel, les compétences des salariés peuvent faire la différence. »

Demandez le programme

« Hier, nous avons travaillé sur le langage, ce qu’il faut dire et ne pas dire. Cela rassure d’être formée. On se sent mieux armée », raconte Isabelle. « J’ai déjà retenu des choses qui vont modifier ma façon de travailler. On a toujours quelque chose à apprendre », témoigne Jennifer. Catherine Rubin, leur formatrice, ajoute : «  Le programme est riche. Cadre légal, secret professionnel, comportements adaptés, bons gestes… Les assistantes de vie doivent aussi apprendre à faire attention à leur équilibre physique et psychologique. »

Des emplois pour l’avenir

formation_cfa_litMylène suit cette formation dans le cadre d’un emploi d’avenir. Le principe ? Un contrat de trois ans avec accès garanti à une formation qualifiante. En contrepartie, l’employeur perçoit des aides de l’État. Mélanie, 19 ans, la benjamine du groupe, a fait un détour par la vente en boulangerie : « Après mon BEP sanitaire et social, j’ai changé d’orientation. Puis j’ai eu envie de revenir vers les métiers des services à la personne. J’ai trouvé un travail et une formation. » Même scénario pour Aurélie qui vient de commencer dans cette profession : « Je voulais me former et mon employeur a dit oui. »

C’est une maison bleue

Des séances sont prévues à la Maison bleue (qui dépend du Conseil général, NDLR), avenue Maunoury, à Blois. Cet espace rassemble les aménagements et les équipements qui permettent de continuer à vivre chez soi lorsqu’on est âgé ou handicapé. « Nous allons découvrir tout ce qui existe en domotique et apprendre à utiliser ce matériel », explique Catherine Rubin. Sa conclusion ? « Ce métier demande un gros investissement personnel, de la disponibilité, de l’autonomie, de l’adaptabilité… Le titre d’assistant de vie aux familles, en plus d’ouvrir la voie vers de nouveaux débouchés, représente une reconnaissance professionnelle. »

www.cfa41.fr
www.lamaisonbleue41.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.