Rencontre avec Marianne photographe pour Le Mag

9 J'aime

3 commentaires

0

Les coulisses du numéro spécial de Loir&Cher info par Marianne Lartigue, photographe, qui a réalisé la « une » du magazine.

Mardi 5 juin. Rendez-vous à 5 h 20 au lac de Loire,
avec Julien, de la Bourriche aux appétits.

Dernier reportage avant le bouclage, il ne faut pas que je me loupe…
5 h 10, il fait encore nuit, je teste une photo dès mon arrivée en bord de Loire : belle atmosphère.

Arrivée de Julien, le contact est simple, agréable. Il part chercher son embarcation, puis revient dessus. Je l’entends mais je ne le vois pas, je shoote… je crois que j’ai eu le rivage. Le voilà. En voyant la taille de la barque, je comprends mieux pourquoi je ne ferai qu’une partie de la pêche. Il prépare son matériel, écope (pour moi, j’imagine). Là, je réalise que je n’ai pas pris de bottes… Il va falloir se mouiller ! Allez, c’est parti !

Avant de démarrer son moteur, Julien me demande si je n’ai pas peur des silures. Je réponds « non » sans réfléchir (doutes !).

Et là, la magie opère, la lumière commence à percer, à se refléter. Julien a l’air reposé, alors que la veille, il a jeté ses filets jusqu’à 23 h. Son regard change, on s’approche du premier filet. Il m’explique la technique utilisée et espère remonter des aloses. C’est un très beau poisson, « apprécié des gourmets », me confie-t-il.

Le courant fait pivoter la barque, Julien me tourne quasiment le dos et se retrouve à contre-jour. Comment faire des portraits sympa ? Il remonte doucement le filet, retire les herbes petit à petit, quelques poissons, mais rien d’extraordinaire.

De mon côté, je teste quelques photos mais je peux très peu bouger, je regarde les images et là, je m’aperçois finalement que les conditions sont réunies pour faire quelque chose de sympa, peut-être la une du magazine que nous n’avons toujours pas
Je me sens mieux. Je vais pouvoir, à travers quelques clichés, partager ce moment si particulier.
La brume se lève, la nature se réveille.

Je profite de l’instant, de cette lumière fascinante, des reflets dans le filet, des anecdotes de Julien, de la légère brise… Il sort alors deux magnifiques carpes, d’environ 8 kg chacune, et les dépose à mes pieds. C’est la fin de ce filet, au suivant. Julien me fait remarquer que ce n’est pas un bon jour.

Égoïstement, je me dis que j’ai de la chance, je peux poursuivre cette aventure, il y a encore de la place pour moi ! Julien remet un poisson à l’eau en lui disant : « Toi, tu es trop jeune, bonne journée ».

Je tiens les photos que j’espérais, je me mets donc à regarder un peu plus autour de moi, la lumière est si belle ! J’aperçois des montgolfières, des cygnes en plein vol. Les carpes à mes pieds semblent en pleine conversation.

 

Ça y est, nous sommes déjà de retour sur le rivage, c’est fini. Il est 7 h 30. Je mets de nouveau les pieds dans l’eau, cette fois-ci pour descendre. Julien me montre en détail brochets, carpes, anguilles… mais pas d’alose ni de silure

 

Merci, Julien, d’avoir partagé un tel moment. C’était une magnifique expérience, encore une belle rencontre.

Cliquez ici pour poursuivre le voyage en images !

3 commentaires

  1. merci pour cette belle rencontre, on a l’impression d’être à bord

    elcrabo

  2. images superbes !!
    L’heure idéale pour la lumiere
    merci Marianne

    joubert

  3. C’est magnifique, tu peux être fière de toi. Ton numero masqué …

    Zorro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *