Étonnantes ruines romaines à Thésée

12 J'aime

Ajouter un commentaire

À Thésée, en bord de Cher et le long de la voie ferrée Tours-Vierzon, s’élève un étonnant ensemble de bâtiments daté du IIe siècle. Mentionné sur la célèbre table de Peutinger, ce site gallo-romain exceptionnel est aujourd’hui encore nimbé de mystère.

Relais de poste ? Ensemble administratif public ? Marché ? Bourse du commerce ? Les ruines gallo-romaines de Thésée suscitent aujourd’hui encore de nombreuses interrogations auxquelles nul archéologue n’a trouvé de réponse. Sur 7 000 m², le site des Mazelles compte trois ensemble bâtis, dont le plus impressionnant est l’immense corps de 52 m de long sur 14 m de large et 7 m de haut constitué de deux pièces, dans un état de conservation exceptionnel. Le long de la route, deux bâtiments plus petits, l’un arasé au niveau du sol, l’autre dont on devine encore la disposition des pièces grâce à quelques murs encore érigés. Tout ce que l’on sait, c’est que l’immense bâtiment est unique en Gaule romaine, d’où, probablement, la difficulté à en identifier la fonction.

Tasciaca, un site idéalement situé

En bordure du Cher, sur la voie terrestre Bourges-Tours et à la frontière entre deux provinces gauloises, l’Aquitaine et la Lyonnaise, le site des Mazelles pourrait bien avoir été un espace de rencontres et de contact, d’où les hypothèses de relais de poste ou de place de commerce… D’ailleurs, c’est sous le nom de Tasciaca qu’il est répertorié sur la célèbre table de Peutinger, copie médiévale d’une carte romaine figurant les principales routes et villes de l’empire romain. Le four et le temple découverts non loin de là, à Pouillé, témoignent de l’existence d’un village gallo-romain sur les communes de Thésée-Pouillé-Monthou-sur-Cher où l’on faisait certainement commerce de céramiques.

Un site sauvé par Maurice Druon

Classé Monument historique par Prosper Mérimée dès 1840, le site de Tasciaca a longtemps été laissé à l’abandon, mangé par la végétation. Utilisé par des particuliers qui y faisaient pousser de la vigne, il a été nettoyé et sondé par une équipe de jeunes archéologues entre 1962 et 1965. C’est finalement à Maurice Druon qu’il doit son salut. Séduit par les lieux, l’écrivain membre de l’Académie française acquiert Tasciaca et les ruines alentour en 1965, qu’il fait décaper et entretenir. En 1976, il cède l’ensemble pour le franc symbolique au Conseil général de Loir-et-Cher, désormais propriétaire du site.

Poursuivre la visite au musée archéologique

La visite guidée de Tasciaca est absolument passionnante et révèle tout un pan historique méconnu de la région. Elle se poursuit au musée archéologique, situé à la mairie de Thésée. Bien qu’un peu à l’étroit dans ses murs et souffrant d’une scénographique un peu vieillotte, le musée est une mine d’informations pour comprendre le site. On y trouve notamment une copie de la fameuse table de Peutinger et de très nombreux objets retrouvés sur place et sur les sites de Pouillé, qui sont autant d’évocations de la vie quotidienne et artisanale au IIe siècle de notre ère. Un musée bien discret qui vaut le détour. Alice Enaudeau

Info +
Du mercredi au dimanche en juillet et août.
Visites guidées du site à 10 h et 14 h 30 – Visites guidées du musée à 11 h 15 et 16 h.
(Avril, mai, juin et septembre : samedi, dimanche et jours fériés.)
www.tasciaca.com/

© Cyril Chigot

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *