Un fertilisant écologique produit à Bourré

82 J'aime

À Bourré, Futuragri est l’un des deux sites de production de fertilisants naturels de l’entreprise aveyronnaise Sobac. Un produit destiné aux agriculteurs et aux particuliers qui remet en question l’industrie agricole chimique à l’œuvre depuis quarante ans.

Antony Guillo, responsable d'usine chez Futuragri

Antony Guillo, responsable d’usine chez Futuragri

Dans les années 1970, un agriculteur aveyronnais, Marcel Mézy, s’intéresse à l’agriculture biologique. Alors qu’il teste différentes méthodes de compostage, il en arrive à devoir entasser ses différents tas dans son hangar, faute de place. Un jour de 1982, alors qu’il va y faire du tri, « Marcel Mézy découvre qu’il se passe quelque chose sur ce tas de compost », raconte Antony Guillo, responsable de l’usine Futuragri à Bourré. L’histoire, bien connue au sein de l’entreprise, est presque devenue un mythe. Marcel Mézy se rend compte que son compost se transforme plus rapidement que la moyenne. Les analyses en laboratoire sont tellement étonnantes qu’il croit à une erreur. Mais les nouveaux échantillons s’avèrent de la même qualité. Sur les terres où il l’étend, il note que les vaches sont plus gourmandes et que le sol résiste mieux à la sécheresse.

« Troisième révolution agricole »

lci89_sobac2L’agriculteur de Bozouls développe alors un mélange de différents déchets organiques, qui sera qualifié de « troisième révolution agricole » par Marcel Mazoyer, professeur émérite à AgroParisTech et président du Comité du programme de la FAO (Food Agriculture and Organization ou Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, NDLR), de 1984 à 1993.
D’abord vendu comme poudre à épandre sur le fumier pour en faciliter la transformation en humus, le principe actif devient autonome dès la fin des années 1990 : les agriculteurs l’épandent directement pour fertiliser leurs terres.
En 1992, Marcel Mézy s’associe avec son fils, Christophe, et deux industriels aveyronnais, Patrick et Raymond Fabre, pour créer la Sobac qui produira et commercialisera ses produits. Depuis, la belle histoire s’est transformée en une aventure industrielle : 115 salariés et un chiffre d’affaires de 28,5 M€ en 2016.

Une filiale à Bourré

lci89_sobac3En 2007, pour faire face à une augmentation de la demande de l’ordre de 30 %, la Sobac crée la filiale Futuragri pour ouvrir un deuxième site de production à Bourré et se rapprocher de sa zone de chalandise. « L’ancienne champignonnière s’est avérée un site idéal entre l’Aveyron et les principales régions de livraison, le nord-ouest et le nord de la France », explique Antony Guillo. Ici, ni le responsable d’usine ni aucun des sept salariés ne connaît la composition du principe actif, le Bozoulais. Gardé secret, il est livré tel quel à Bourré avant d’être transformé en granulé : 36 000 tonnes produites en 2015, soit une production multipliée par deux en quatre ans, et 150 000 hectares fertilisés en France.

La Sobac à la COP 21

« L’objectif est de rendre les agriculteurs autonomes en leur proposant un produit unique pour réactiver les propriétés de leurs sols plutôt qu’ils utilisent de multiples intrants pour pallier les manques nutritifs. Il s’agit de remettre en question le processus chimique mis en place depuis quarante ans », note Antony Guillo.
La Sobac multiplie les démonstrations sur le terrain et les témoignages d’agriculteurs convaincus qui délaissent progressivement les intrants chimiques coûteux au profit d’un produit naturel. À tel point que la société de Marcel Mézy, Mézagri, qui constitue le volet recherche et développement de la Sobac et qui développe le Bozoulais, a été présentée par l’Ademe1 à la COP21 de Paris en 2015, comme participant à la lutte contre le réchauffement climatique agricole. Les deux produits commercialisés, Bactériosol et Bactériolit, ont, en effet, été retenus pour intégrer le programme de recherche « 4 pour 1000 » lancé par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, en mars 2015. Lequel vise à développer la recherche agronomique pour améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 ‰ par an.

Alice Enaudeau

1 – Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Info +
Chemin du Poliveau, 41400 Bourré
Tél. 02 54 32 55 17
www.sobac.fr

© Cyril Chigot

Share