La patte du peintre

14 J'aime

L’artiste peintre Sophie Aymon expose

À Blois et sur les bords du Beuvron à Candé, les grands formats de Sophie Aymon s’imposent en de multiples lieux. Ils représentent des visages « d’amazones » aux yeux clairs, rebelles, songeuses, fragiles, parfois même sensuelles. Sophie Aymon peint les émotions. Elle les « tache » de teintes éclatantes, aussi vibrantes de vie que l’artiste. « La peinture est quelque chose d’intense, je la vie à 3 000 %. Quand je pose mes couleurs, j’éprouve un mal presque physique dans la création. C’est fort ! »

Sophie Aymon a grandi entre un père sculpteur sur bois et une mère artiste peintre naïf. « Les chiens ne font pas des chats » dit-on ! Ses premiers pas s’inscriront dans ceux de ses parents à grands coups de crayons de papier et de couleurs. Viendront ensuite des techniques plus élaborées comme le fusain, le pastel.

« J’aimerais sculpter… »

Et puis un jour… « Je me suis dit : “J’aimerais sculpter, mais je ne savais pas.” » Ce détail ne l’arrête pas. Elle se saisit d’un bloc de tuffeau (pierre tendre) et le travaille. La pièce terminée, elle la présente à son père comme une offrande. « Je tremblais d’entendre son appréciation jusqu’au moment où ses yeux se sont portés sur moi. Ils brillaient fort. J’ai su alors que je lui faisais un plaisir immense avec cette première sculpture pas trop moche. » La jeune femme se consacre alors pendant une longue période à ce travail de création. Elle le fera évoluer vers celui de la terre crue et du modelage en lançant une collection d’animaux aux formes naïves et aux couleurs (déjà) acidulées. Les boutiques déco de la côte Atlantique en feront le commerce.

Une balade artistique à Pornic

À cette époque, Sophie Aymon vit aux portes de l’océan, à Pornic (Loire-Atlantique), comme beaucoup d’autres artistes. Il lui vient alors l’idée de créer une balade artistique dans la ville avec l’assentiment des élus locaux. « Je suis partie à la pêche aux artistes ! » L’événement voit le jour, s’enrichit, prend de l’ampleur. « Il perdure encore de nos jours. » Lorsqu’elle décide de revenir en Loir-et-Cher, département où vivent ses parents, Sophie Aymon tourne également une nouvelle page artistique pour revenir à ses premiers amours : la peinture !

Une peinture contemporaine et expressive

Cette fois, elle explore le registre contemporain expressif. Une révélation qu’elle embrasse à bras le corps. Ses sujets d’inspiration ? Les visages de femmes. « Très peu d’hommes. J’aime retranscrire les émotions que je croise dans ces visages, dans ces regards. » Pourquoi sont-ils toujours clairs ? « J’éprouve une véritable attraction pour les iris limpides. C’est ainsi ! » Que les yeux noirs ne se sentent pas pour autant dédaignés, Sophie Aymon vient de peindre sa première « guerrière » de feu au regard sombre !

Rencontrer Sophie Aymon et voir ses créations :

À Blois

  • du 5 au 28 mai – mairie
  • du 12 août au 19 septembre – cloître de l’Hôtel du Département
  • du 3 au 28 novembre – Maison des Provinces

À Candé-sur-Beuvron

  • jusqu’au 30 juin – agence Alizéa (6, route de Blois)