Le blues s’expose dans un musée unique en France

10 J'aime

Ajouter un commentaire

Passionnés de blues, Jacques et Anne-Marie Garcia ont commencé par ouvrir un club à Châtres-sur-Cher en 2017. Avant de réaliser leur rêve : l’ouverture d’un musée, unique en France, dédiée à cette musique venue du fin fond des États-Unis.

« C’est bien de faire ce musée, car les visiteurs pourront ainsi savoir d’où vient cette musique, ce qu’elle a été, ce qu’elle est et ce qu’elle sera. » Signée du bluesman Bobby Rush, cette citation trône juste au-dessus de l’entrée du musée du Blues. Il faut dire que le chanteur américain, légende du blues, parraine le musée de Châtres-sur-Cher qui a ouvert ses portes le samedi 6 avril. Il lui a même offert l’un de ses costumes de scène présenté sous vitre.

Itinéraire d’un passionné

Ce musée, c’est le rêve de Jacques Garcia depuis des années. Littéralement passionné par cette musique née au sud des États-Unis, Jacques Garcia vit par et pour le blues depuis toujours. Il a commencé par créer le Salaise Blues Festival en Isère, où il a longtemps résidé, au début des années 1980. Puis il a fait tourner les groupes américains de blues dans toute l’Europe pendant quelques années. En 2009, il a ouvert un club au sud de Lyon. C’est dire si le mélomane connaît son sujet…
Arrivé en Loir-et-Cher pour raison professionnelle, il ouvre La Maison du blues en 2017. Un club niché dans un local qui ne paye pas de mine dans la rue principale de Châtres-sur-Cher. Ouvert tous les vendredis et samedis soirs, le club voit passer des pointures américaines et européennes et compte plus de 500 adhérents…

200 m² dédiés au blues

Alors ce musée, c’est la cerise sur le gâteau. Le rêve absolu en passe d’être réalisé grâce au financement des collectivités locales et à 40 000 € de dons reçus de toute la France ! Unique dans l’Hexagone, il démarre au rez-de-chaussée de la Maison du blues par une chronologie du blues et de ses artistes majeurs, enrichie d’une galerie de portraits issus de la collection du propriétaire. À l’étage, une rue reconstituée du Mississippi propose des échoppes thématiques : histoire de l’esclavage, magasin de musique, chambre d’ado des années 1950, maison du sud des USA, studio d’enregistrement… Joliment scénographiée par la compagnie angevine CRUE, la déambulation alterne justement vidéos, photos, témoignages ou objets cultes dont une guitare Gibson de 1956. Le spécialiste y découvrira des perles inconnues ; le novice en ressortira avec l’envie d’en savoir plus et de découvrir des artistes cultes. Et la frustration que les 200 m² se parcourent si vite…
Alice Enaudeau

Info +
museedublues.free.fr/musee/musee.html
Musée ouvert d’avril à octobre, du jeudi au dimanche de 10 h 30 à 18 h
Entrée : 6 € (tarif plein), 3 € (étudiants, demandeurs d’emploi), gratuit < 12 ans.

© Aurélien Charron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.