Lulu Coquelicot, bien plus qu’une mercerie

19 J'aime

2 commentaires

À la suite d’un licenciement, Patricia Thomas a opéré un virage à 360° en ouvrant une mercerie après une carrière consacrée au travail social. Un écart peut-être moins grand qu’il n’y paraît pour celle qui a créé plus qu’une mercerie : un lieu de rencontre.  

lci87-LuluCoquelicot3En février 2014, licenciée suite à des problèmes de santé, Patricia Thomas se retrouve au chômage à 56 ans. « Ça a été une période compliquée, j’étais consciente que ce ne serait pas facile de retrouver un emploi. » Bien entourée, elle entend toutefois son mari lui souffler : « Fais-toi plaisir ! ». Alors ressurgit un rêve enfoui de petite fille : tenir une mercerie. Reste que même si elle coud depuis l’âge de 8 ans et qu’elle anime un club de patchwork, entre la fibre sociale et celle du commerce, Patricia craint que le marche soit un peu haute. « Mais je me suis lancée et en écrivant le projet, je me suis aperçue que j’allais complètement m’y retrouver. » Tout s’enchaîne alors très vite jusqu’à l’ouverture, en septembre de la même année, de la boutique Lulu Coquelicot rue Georges-Clémenceau à Romorantin-Lanthenay.

« Luluter » à la boutique

lci87-LuluCoquelicot2Et, d’emblée, la boutique séduit. Il faut dire que rien que sa façade colorée apporte une touche de gaieté à cette portion de la rue un peu sombre. Très vite, l’endroit devient le lieu de rendez-vous des couturières, tricoteuses et autres brodeuses. « Lorsqu’elle vient ici, une cliente dit à son mari qu’elle s’en va « luluter » ! », rapporte Patricia, enchantée. Car si l’on trouve, bien entendu, toutes sortes de tissus, laines et accessoires, avec une prédominance de produits français et de qualité, Lulu Coquelicot, c’est avant tout un espace de conseils, où l’on vient discuter, échanger, voire juste regarder les tissus. Patricia observe les clientes tisser des liens autour de leurs ouvrages. « Je voulais que les femmes aient envie d’entrer dans la boutique et de s’y promener. Si elle peut être un lieu où se retrouver, c’est génial ! Moi-même, je fais des rencontres extraordinaires depuis que je tiens cette boutique », souligne-t-elle. Les deux tables et quelques chaises au fond du magasin invitent d’ailleurs à s’asseoir le temps d’un café ou d’un thé et de quelques gourmandises. « J’ai voulu créer un espace convivial qui permette de se poser et d’échanger. Et puis, il permet aux hommes d’attendre leurs femmes avec un journal pendant qu’elles font leurs achats ! »

Créer pour s’exprimer

lci87-LuluCoquelicot4Au-delà de la vente, Patricia organise des ateliers. Ce jour-là, l’heure est à l’apprentissage de la broderie suisse pour confectionner des cœurs en prévision de la Saint-Valentin. Arrivée depuis peu dans la région, Marie-Jo y participe : « Je préfère venir faire de la broderie ici plutôt que toute seule chez moi. Ici, j’ai trouvé une bonne ambiance où je peux pratiquer et me changer les idées. »
Car, oui, Patricia l’affirme : créer, c’est une manière de se changer les idées. « Je me suis mise au patchwork à une période où je n’allais pas très bien, dit-elle. Coudre, broder, tricoter, c’est une façon de s’évader. On travaille la couleur, on est concentré sur quelque chose. À travers la création, on s’exprime et on fait passer une émotion. » Avec ce sourire qui ne la quitte jamais, elle rapporte cette anecdote, survenue quelques jours à peine après l’ouverture du magasin : « Une femme a franchi le seuil. Elle est restée sur le pas de la porte, m’a juste dit qu’elle était médecin, qu’elle me félicitait d’avoir ouvert cette boutique et qu’elle allait m’envoyer ses patientes ! »
Un an plus tard, en septembre 2015, la boutique de Patricia était pleine de bouquets de fleurs offerts par ses clientes pour le 1er anniversaire de Lulu Coquelicot. Ses yeux en brillent encore. « J’étais à la fois ravie et gênée car, après tout, je ne fais que mon métier… » Son métier… et probablement un peu plus. Ce petit plus, justement, issu de la combinaison de ses deux vies professionnelles.

Alice Enaudeau

Info +
Lulu Coquelicot
27, rue Georges-Clémenceau – 41200 Romorantin-Lanthenay
Tél. 02 54 96 05 74
Du mardi au vendredi : de 9 h 15 à 1 2h 15 et de 14 h 30 à 19 h.
Le samedi : de 9 h 15 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30.
www.lulucoquelicot.fr

© Cyril Chigot

2 commentaires

  1. Un article qui te définit très bien. On s’amuse trop dans ta boutique pour parler plus sérieusement. Donc, un immense merci pour tous ces moments de bonheur qui me font oublier, comme à toutes les copines, que la vie est loin d’être un long fleuve tranquille.
    Et j’éprouve une grande fierté que ma facétie d’un jour, « je vais luluter », soit devenue un terme générique !
    Encore bravo
    Evelyne

    Beschon Evelyne

  2. Merci pour l’article la NR, je ne savais pas … Et depuis la fermeture de la mercerie de Chabris … Je cherchais

    Fran Moreau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *