Oumami – à la loupe Sologne

14 J'aime

Ajouter un commentaire

Avec Oumami, Madoko Mukai propose, à Bracieux, une cuisine asiatique créative et raffinée.

Le restaurant-traiteur Oumami (qui signifie « goût savoureux ») a ouvert ses portes à Bracieux fin novembre 2014. Aux fourneaux se trouve Madoko Mukai, Japonaise formée à la cuisine dans son pays et en France. Rencontre dans sa boutique-restaurant à l’ambiance épurée.

Formation à la cuisine gastronomique

oumami4« Je suis née à Tokyo. J’ai été formée à la cuisine gastronomique : j’ai suivi une école culinaire au Japon puis en France, à Lyon. J’ai fait un stage de six mois chez Georges Blanc à Vonnas (Ain), restaurant trois-étoiles au Guide Michelin. Puis j’ai travaillé pour Alain Ducasse (chef français à la tête d’un empire gastronomique, plusieurs fois couronné de trois-étoiles au Guide Michelin) deux ans à Tokyo. Dans ces restaurants étoilés, on apprend beaucoup de choses, c’est une cuisine mondiale. J’étais très contente d’y créer des choses. Je voulais qualifier ma vie, je pensais travailler avec un ami qui ouvrait son restaurant à Tokyo, puis j’ai rencontré mon ex-mari qui voulait retourner en France (et a travaillé à l’ex-Relais de Bracieux). C’est comme cela que je suis arrivée ici. »

Mangas et cuisine

oumami6« Je dessine aussi des mangas, je suis curieuse ! En 2005, j’ai même donné des cours de mangas à Blois. Puis, en 2009, j’ai commencé comme chef à domicile. J’ai travaillé, par exemple, pour des événements comme Bd Boum ou les Rendez-vous de l’Histoire. À l’origine, j’ai été formée à la cuisine gastronomique française : pourquoi ne pas proposer une cuisine familiale asiatique ? Je mélange les saveurs coréennes, chinoises et japonaises. Un jour, j’aimerais faire une cuisine gastronomique asiatique. Pour le moment, je fais tout toute seule, tous les jours il y a de nouveaux plats. C’est une cuisine fraîche et originale, tout en délicatesse, cela prend beaucoup de temps ! Ce que j’aime, c’est faire plaisir aux autres. Il y a tellement de possibilités dans la cuisine ! J’y suis arrivée un peu par hasard, lorsque ma mère m’a félicitée pour la première fois quand j’ai cuisiné pour son anniversaire, un 25 décembre. Au départ, je voulais être dessinatrice de mangas et professeur de sport ! »

Sushis sur commande

oumami2Le vendredi et le samedi soir, Madoko réalise des sushis sur commande. « J’achète du poisson frais au marché de Bracieux le jeudi matin », dit-elle. Le prix ? 8,50 € les 11 pièces, 15 € les 22. Attention, les commandes doivent être passées le jeudi au plus tard. Sinon, les plats varient chaque jour. On y trouve notamment des nems aux légumes et porc ou des nems au curry, des beignets de légumes et de crevettes, des galettes japonaises au calamar, du poulet teriyaki, des rouleaux de printemps, de la salade d’aubergine, etc.

 

Des projets

« Cet été, j’aimerais faire des bols avec du riz et une garniture, inspirée de la recette japonaise de l’onigiri (boulette de riz, NDLR). C’est idéal à emporter. Chaque ingrédient a un lien avec le corps. J’aimerais aussi proposer des bento (boîte qui permet aux Japonais de transporter leur repas et aussi le repas contenu dans la boîte = plateau-repas ou lunch box) pour les entreprises.

La France

oumami7« Le terroir est très riche, il y a des cultures différentes, cela offre de nombreuses possibilités. Ce que représente la cuisine française pour un Asiatique ? C’est une image de chic, d’élégance, de classe. Quand on imagine la France, ce sont ces images qui viennent à l’esprit, celles d’un pays riche. »

 

 

 

 

Info +
Oumami
4, rue de la Mairie – 41250 Bracieux
Tél. 06 47 44 85 78
Lundi, mardi, jeudi et vendredi : 11 h 30-13 h 30 – 17 h 30-19 h 30 – Samedi : 17 h 30-19 h 30
www.traiteur-oumami.fr

+ photos : Laurent Alvarez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *