Pâtes « made in » Loir-et-Cher

19 J'aime

8 commentaires

Les pâtes de la famille Lonqueu sont très goûteuses. Et elles sont surtout produites localement, à Maves. Rencontre sur place.

lci87-pates2Devant l’assiette, on oublie parfois qu’à l’origine des pâtes se trouve un champ de blé. À Maves, la famille Lonqueu produit justement sur sa ferme des céréales (ainsi que des semences potagères, des asperges vertes et bientôt des noix). L’idée, lancée par le fils, Pierre-Louis, âgé de 24 ans, titulaire d’un BEP, Bac pro et BTS, n’a donc pu que séduire le père, Benoît Lonqueu, 55 ans : depuis novembre 2015, le blé dur de l’exploitation agricole est transformé en pâtes sèches, farines et semoules. Soit du champ à la table, sans intermédiaire. La notion de circuit court et de proximité prend tout son sens. « C’est un cercle vertueux. Nous semons le blé puis il sort de la ferme, prêt à être consommé », confirme Benoît Lonqueu. « Nous sommes ainsi plus libres, moins dépendants des fluctuations du cours des céréales. » Cette nouvelle production loir-et-chérienne répond, de plus, tout à fait aux attentes des consommateurs qui veulent être rassurés sur la provenance de leur alimentation.

Du champ à l’assiette

lci87-pates4Comment obtient-on des pâtes ? La famille Lonqueu dispose d’un atelier de fabrication dédié. « Le grain est trié et brossé, débarrassé de ses impuretés et de son enveloppe », explique Pierre-Louis.  « Il passe dans une trémie (un grand entonnoir en forme de pyramide retournée, NDLR) avant d’arriver dans le moulin en bois à meule de pierre. » Le blé dur broyé se change alors en une semoule qui, mélangée à de l’eau, donne un amalgame pétri dans un moule puis transformé en pâtes grâce à une extrudeuse. Un système rotatif découpe les différentes formes (coquillette, torsade, etc.) qui vont ensuite sécher pendant treize à quinze heures. « Le moulin est à basse température, ce qui préserve les qualités nutritionnelles et gustatives des pâtes », précise Pierre-Louis.

Nouvelle génération

lci87-pates3Les pâtes produites à Maves sont proposées nature ou aromatisées avec, par exemple, de la tomate, de la carotte, de l’ail ou encore du basilic. De belles couleurs s’affichent donc dans les paquets tandis que des mots rigolos se détachent sur les emballages. Ici « roubsi » ou «bout’bout» ; là « cha-cha » ou « équercelle ». Des oiseaux en pâtois solognot chantés par le grand-père Lonqueu. En bref, une jolie histoire de famille, ce d’autant plus que la fille, Élise, 29 ans, a rejoint le navire pour gérer la partie commercialisation et communication.

Émilie Rencien

Info +
Ferme du chat blanc
3, rue du Champ-Boulains
Tél. 02 54 87 35 80 – fermeduchatblanc@orange.fr
Vente à la ferme le vendredi de 16 h 30 à 18 h 30 et le samedi de 10 h à 12 h

© Laurent Alvarez

8 commentaires

  1. J’ y ai goûté : excellentes !

    PROUST

  2. On va goûter…..je suis pour les circuits courts et les produits non industriels….

    Maupou

  3. Où peut on trouver ces pâtes? et sont elles naturelles, sans pesticides?. Merci.

    Huguet

  4. Bjr avez vous une page Facebook?
    Cdlt

    breton

  5. Bonjour moi j ai acheter vos pâtes aux boutiques beauceronne à marchenoir pour voir car ma fille ne veut pas des pâtes industrielles.du coup je me suis dit je vais en prendre on verra bien et la à ma grande surprise elle les adores et nous aussi merci

    Giraudeau

  6. A oui j ai oublié de dire aussi j ai pris celle à la tomate et quand on ouvre le paquet c super impressionant on a l impression d être dans le jardin au milieu des légumes

    Giraudeau

  7. En vente au rayon pâtes du Leclerc de Tavers.

    ludo

  8. je viens d’en acheter un paquet au magasin Super U à st Laurent/nouan si je les aiment je viendrais à votre exploitation. Bonne journée.

    delle rose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *