Pêche durable et saveurs locales

13 J'aime

Ajouter un commentaire

Sylvain Arnoult est un homme passionné. Intarissable dès lors qu’on le questionne sur son métier, sur « son » fleuve, sur ses pratiques de pêche, sur les espèces qui peuplent la Loire. À 36 ans, il a décidé, avec son épouse Julie, de vivre de sa passion. Rencontre à Muides-sur-Loire, un petit matin d’hiver…

lci90_pecheur6Il fait froid ce matin de janvier. Les fêtes de fin d’année ont été synonymes de surcroît d’activité, mais ni les températures négatives ni la fatigue ne découragent Sylvain Arnoult, pêcheur et artisan conserveur. Sur son embarcation, il part relever ses filets à main nue dans l’eau glacée. « La pêche réserve toujours une part de surprise. Avec l’expérience, on a une idée de ce qu’on va prendre, mais au final, c’est la Loire qui décide », explique-t-il. Après plusieurs heures lci90_pecheur3passées sur le fleuve, le poisson est déchargé et ramené directement à son laboratoire, aménagé au sous-sol de sa maison, à Muides-sur-Loire. Commence alors un autre labeur, celui de la conservation et de la transformation du poisson. Avec son épouse Julie, Sylvain a créé une activité innovante dans le département : en plus de vendre en direct le produit de sa pêche, le couple a investi dans un laboratoire de 80 m2 (autoclave, surgélateur, chambre froide…), soit 60 000 euros d’investissement, pour proposer des produits toute l’année à sa clientèle.

Promoteur d’une pêche durable

lci90_pecheur5La particularité de Sylvain est sans aucun doute sa grande connaissance des poissons de Loire et son attachement à une pêche durable, respectueuse de la bio diversité. Il s’emploie à promouvoir les poissons à chair blanche, trop méconnus et injustement dénigrés à son goût. « Ces poissons-là sont en abondance, leur chair est fine quand on sait la cuisiner. Il n’y a pas que les carnassiers… S’il y a moins de sandres que par le passé, il y a plus de bio diversité » explique Sylvain.
De ce constat est né son projet de laboratoire. Sylvain a toujours rêvé d’exercer le métier de pêcheur, auquel il a été formé dès le plus jeune âge, par son grand-père puis son père. Sylvain a dû patienter avant de se lancer dans la pêche professionnelle. « J’en rêve depuis que j’ai 17 ans. Mais il fallait innover et se diversifier pour pouvoir en vivre. La seule activité de pêche n’est pas suffisante. La transformation permet de rendre l’activité viable économiquement. »

Des clients en quête de qualité

lci90_pecheur2Ainsi, le couple propose une gamme de produits allant de la terrine à base de poissons blancs, mais aussi soupes et poissons fumés, notamment le silure qui rencontre un grand succès. « Certains s’en plaignent mais moi je n’en prends jamais assez. », commente Sylvain, qui précise que ses prélèvements annuels sont compris entre 3,5 tonnes et 5 tonnes, et que, bien entendu, s’il pêche toute l’année, c’est dans le respect des différentes saisons pour chaque espère. « 80% de notre activité de pêche est basée sur les espèces abondantes en Loire moyenne : mulet, poissons blancs cyprinidés (brême, barbillon, aspe, chevesne, carpe…), silure et 20% pour l’alose, l’anguille et carnassiers selon les saisons. » La démarche du couple Arnoult, qui concilie circuit court et gastronomie, trouve un écho favorable. « Les gens s’intéressent de plus en plus à la qualité ». Christophe Hay, chef étoilé du restaurant La Maison d’à Côté, compte d’ailleurs parmi ses clients professionnels. Si vous voulez déguster une terrine et tout savoir sur la vie secrète des poissons de Loire, c’est à Muides que cela se passe !
Bénédicte Simon

En savoir plus
lci90_pecheur8Tél. 06 78 43 44 33 ou 06 49 60 05 14
www.arnoult-pecheur-de-loire.com
Le magasin est ouvert du mardi au vendredi de 17 h 30 à 19 h et le samedi de 9 h à 12 h 30
6, rue des Boulats, 41500 Muides-Sur-Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *