lci89_petits_freres_des_pauvres1

Les petits frères des Pauvres

83 J'aime

Ajouter un commentaire

L’association Les petits frères des Pauvres lutte contre l’isolement des personnes âgées

En 2014, Chantal Dansault crée l’antenne blésoise des petits frères des Pauvres. Sur le périmètre des 48 communes d’Agglopolys, cette association laïque accompagne des personnes de plus de 50 ans, qui souffrent de solitude et de conditions de vie précaires.

Lorsqu’elle part à la retraite, en 2014, Chantal Dansault, qui a fait toute sa carrière dans le social en tant que directrice d’établissements, crée une équipe des petits frères des Pauvres pour couvrir le centre du département : « Il y avait une antenne à Vendôme et une à Nouan-le-Fuzelier, mais rien à Blois », explique-t-elle.

Pour qui ?

lci89_petits_freres_des_pauvres3L’association vient en aide aux personnes de plus de 50 ans qui sont dans un isolement total. « Les demandes arrivent le plus souvent par le biais de services sociaux. On a aussi des familles qui s’adressent à nous parce qu’elles sont loin. » Les bénévoles font alors une visite d’évaluation pour décider ensuite, en équipe, si la personne sera accompagnée : « C’est un engagement dans la durée. On n’accepte pas à la légère. »

 

 

Pour faire quoi ?

« Nous rendons visite à chaque personne à son domicile une fois par semaine. » Deux ou trois bénévoles se relaient : « Cela donne de la souplesse pour tenir compte des contraintes personnelles de chacun. » Ils bavardent, regardent des photos, sortent dans les magasins ou vont voir des amis perdus de vue à cause des difficultés de déplacement… « Georgette, 78 ans, habite au 2e étage sans ascenseur et ne marche plus. En 2014, elle n’était pas sortie de chez elle depuis sept ans. C’est sa sœur de Grenoble qui nous a alertés. »

En vacances

lci89_petits_freres_des_pauvres2Chaque été, deux semaines de vacances sont proposées aux personnes accompagnées. « C’est un gros travail de préparation. Cette année, nous sommes allés à Clisson, en Loire-Atlantique. Nous avons emmené huit personnes, dont sept étaient en fauteuil roulant. » L’association dispose d’une vingtaine de maisons, « Les châteaux du bonheur », réparties sur toute la France pour les accueillir. « Ce sont généralement des legs. » L’hiver, la solitude pèse lourd pendant la période des fêtes. « Le jour de Noël, nous voulons que tous puissent profiter d’un moment de convivialité. Nous proposons un vrai repas de fête pris ensemble, suivi d’un spectacle. »

Alerter

Les petits frères des Pauvres conduisent aussi des actions destinées à alerter l’opinion publique sur le sort de ces personnes âgées et seules. Par exemple, chaque 1er octobre, une campagne de distribution de roses est organisée avec pour consigne d’offrir ensuite la fleur à une personne âgée de son entourage. « C’est une démarche difficile pour certains. »

Comment aider les petits frères des Pauvres ?

L’équipe de bénévoles de Blois compte une douzaine de personnes, de 19 à 82 ans. « Nous avons une majorité de jeunes, des étudiants de l’école d’ingénieurs en particulier. Ils nous apportent des nouvelles idées et de l’énergie. Mais beaucoup n’ont pas de moyen de transport. Nous recherchons donc en priorité des bonnes volontés qui habitent dans les petites communes autour de Blois. Mais tout le monde est bienvenu. Et si des viticulteurs, des producteurs, des chocolatiers… sont intéressés pour faire un don (cela nous aiderait dans la préparation du repas de Noël), qu’ils n’hésitent pas à nous contacter. »
Propos recueillis par Monique Buron

Info +
blois@petitsfreresdespauvres.fr
Tél. 06 24 82 35 61
www.petitsfreresdespauvres.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *