Tester son activité agricole avant de se lancer

1 J'aime

Depuis 2009, le lycée horticole de Blois-Vienne accueille des maraîchers bio, aspirants à l’installation. Une manière de tester leur activité avant de se jeter dans le grand bain.

lci90_couveuse_agricole4Tout lâcher pour aller cultiver ses légumes au vert, loin du stress au bureau : un rêve qui peut tourner court s’il n’est pas bien préparé. C’est tout l’intérêt de la couveuse des Prés d’Amont, installée au lycée horticole de Blois. Pendant 3 ans, les aspirants à l’installation viennent y tester leur activité en conditions réelles. « Nous constatons que beaucoup de personnes souhaitent s’installer en maraîchage bio, mais sans avoir de formation agricole. Ce sont des gens très instruits à qui il manque le sens du terrain », note Brigitte Macrez, animatrice de l’Espace test des prés d’Amont. A la couveuse agricole, ils bénéficient d’un hectare en plein champ, de 1000 m² sous tunnels, du matériel du lycée et des conseils de l’équipe enseignante pour expérimenter leur activité. Ce qui leur permet de se consacrer entièrement à la production pour assurer  leurs livraisons chaque semaine. Autre avantage, et pas le moindre, s’ils le souhaitent, les porteurs de projet peuvent bénéficier du débouché assuré par Val Bio Centre. À deux pas du lycée horticole, cette association de producteurs bio conditionne des paniers précommandés qui partent vers le Loiret et la région parisienne : un chiffre d’affaires assuré pour les maraîchers débutants grâce à la planification en amont.

Faciliter l’installation agricole

La couveuse est d’ailleurs née du partenariat entre Val Bio Centre et le lycée horticole. Constatant que peu de jeunes issus des filières agricoles finissaient par s’installer, les deux structures se sont associées pour faciliter l’installation des « reconvertis ». La Région Centre, Agglopolys et Bio Centre, l’interprofessionnelle des producteurs bio de la région Centre-Val de Loire, ont permis au projet de voir le jour. La couveuse généraliste Mature Entreprise s’est associée au projet en ouvrant au milieu agricole son expérience dans l’accompagnement des jeunes entreprises.

Construire un projet personnel

lci90_couveuse_agricole5« Il ne s’agit pas d’apprendre le métier, mais de tester une activité de chef d’entreprise pour s’installer par la suite dans les meilleures conditions possibles », précise Brigitte Marcrez. Certains viennent vérifier leur capacité physique à faire ce métier, comme Anne-Sophie Castets, qui s’est installée depuis sur le site de la Vaquerie à Blois. D’autres viennent confronter leur idée initiale à la réalité du terrain. Sur les cinq maraîchers accueillis depuis 2009, un seul ne s’est pas installé et a pu retourner au salariat sans encombre puisqu’il ne s’était pas endetté pour s’installer immédiatement. Les autres ont mis en place leur projet préparé pendant trois ans. Un projet strictement personnel, insiste Brigitte Macrez : « Les postulants ne reproduisent aucun type de structure existante. Il n’y a aucun cadre prédéfini. Ils viennent tester leur modèle d’exploitation idéale. »
Parallèlement à la production, ces trois années sont donc mises à profit pour préparer la suite : trouver le meilleur statut juridique, le modèle économique adéquat, des terres, du matériel… Et en la matière, trois années ne sont pas de trop.

En savoir plus
Espace Test des Prés d’Amont, 5/7 rue des Grands Champs à Blois.
Tél. 02 54 56 49 00
http://couveusemaraichage.blois.a3w.fr/