Une ferme expérimentale basée sur la permaculture

18 J'aime

4 commentaires

Arrivés en 2002 à la ferme du Bouchot, à Pierrefitte-sur-Sauldre, Anne et Jean-Philippe Beau ont redonné au lieu son identité solognote et en ont fait un écocentre expérimental basé sur les principes de la permaculture. 

ferme_vue_aerienneC’était une grande ferme de polyculture et d’élevage, tout au bout d’un chemin de terre, en plein cœur de la Sologne. Devenu l’écocentre du Bouchot, le lieu n’a pas perdu son âme, au contraire, puisqu’il est plus que jamais dédié à la nature. Mais à une autre façon de voir la terre et d’en envisager la culture. Ingénieur conseil spécialisé dans la lutte contre la désertification, l’érosion des sols et la préservation de la biodiversité et des ressources en eau, Jean-Philippe Beau n’y va pas par quatre chemins : « Le modèle actuel de l’agriculture en France n’est plus tenable, on ne peut plus cultiver des céréales sur des centaines d’hectares. » C’est là le point de départ de l’écocentre du Bouchot : expérimenter un modèle de culture qui n’épuiserait pas les sols et développer la formation autour de notions encore peu pratiquées en France comme la permaculture, les jardins forêts comestibles ou les jardins mandala…

Le principe de la permaculture

L’idée qui sous-tend cette conception de l’agriculture est d’intégrer au mieux les activités humaines aux écosystèmes locaux en laissant le plus de place possible à la nature sauvage. Théorisée par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren dans leur ouvrage de référence Permaculture one paru en 1978, la permaculture – pour agriculture permanente – s’appuie sur les expérimentations du Japonais Masanobu Kukuoka. Après la seconde guerre mondiale, ce dernier prône une agriculture naturelle qui s’appuie sur les seuls apports des éléments naturels entre eux pour aboutir à une production de riz, d’orge et d’agrumes sans intrants chimiques, ni labour.

En réaction aux méthodes de l’agriculture conventionnelle qui réduisent la biodiversité et érodent les sols, la permaculture vise donc à recréer des écosystèmes productifs tournés vers l’alimentation humaine. Loin de n’être qu’une théorie, la permaculture fait l’objet de recherches soutenues par l’INRA et est mise en œuvre dans quelques fermes, comme à la ferme du Bec Hellouin en Normandie.

ferme_panoramique

Un Jardin Forêt comestible

ferme_groupeA la ferme du Bouchot, Jean-Philippe et Anne Beau ont donc mis en pratique la permaculture pour revégétaliser un sol de ferme usé par des années de culture. Après avoir replanté des haies favorables à la biodiversité, ils lancent un « Jardin Forêt comestible » en 2010, qui sera réalisé petit à petit, lors des stages de formation à la permaculture. Sur le modèle d’un mandala, cet espace végétal de 2 500 m² est constitué de 7 strates qui vont des cultures basses, au centre du cercle, aux arbres à haut port, en périphérie extérieure. Mêlant productions fruitières et légumières, plantes médicinales, fleurs et arbres d’agrément, le jardin forêt comestible associe le plus grand nombre d’espèces végétales. Il est pensé en fonction des interactions des unes avec les autres (ombre, consommation d’eau, apports nutritifs…).

Un large panel de formations permacoles

Loin de se limiter à l’agriculture, la permaculture concerne la société dans son ensemble : elle inclut les notions d’agro-écologie, de construction écologique, d’énergies renouvelables… Avec un objectif fondamental d’intégration de l’activité humaine dans son écosystème naturel.
Des notions que l’écocentre du Bouchot transmet à travers son centre de formation  : permaculture (initiation ou formation longue), découverte des plantes comestibles, photo des quatre saisons, biomimétisme ou synergie dans les rapports humains y sont abordés… Animées par des spécialistes, les sessions durent entre 2 et 14 jours et s’adressent à tous les publics. Venus de toute la France, les stagiaires sont hébergés sur place, dans les chambres d’hôte rénovées avec des matériaux naturels locaux, bien entendu.

Contact.
Ecocentre du Bouchot, Le Bouchot, 41300 Pierrefitte-sur-Sauldre, tél. 02 54 88 03 33.
www.ecocentrelebouchot.fr
Liste et dates des formations sur www.ecocentrelebouchot.fr/formation/formations

Share

4 commentaires

  1. superbe

    ballain

  2. Encore un lieu passionnant ! Merci pour cet article.

    Petite rectification, vous avez écorché le nom de Masanobu Fukuoka et non Kukuoka, voir son livre de référence « La révolution d’un seul brin de paille »

    labro

  3. Bonjour,
    votre lieu a l’air superbe!
    Je suis étonnée de n’en entendre parler que maintenant car j’ai fait la formation de 2 mois et demi à sainte-marthe l’an dernier et personne n’a parlé de votre lieu pourtant si proche…!
    Actuellement je cherche un emploi dans un lieu tel que le vôtre, en permaculture. Mon rêve serait de m’installer mais pour l’instant pas de moyens financiers ni assez d’expérience donc je cherche à me faire embaucher. Je sais faire pas mal de chose, des semis au repiquage en passant par les buttes; je suis débrouillarde. Comédienne depuis 25 ans, en reconversion (je suis « l’esprit pratique » de la compagnie qui m’emploie le plus souvent). De plus je fais de l’éducation à l’environnement auprès des enfants depuis 5 ans à travers un spectacle que j’ai écrit et que je joue seule.
    A bientôt peut-être.
    Nathalie

    nathalie grauss

  4. Bonjour,
    je souhaiterais conduire mon exploitation en permaculture.
    Si une personne formée souhaite me rejoindre, elle sera la bienvenu.
    Ferme en polyculture élevage

    pilet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *